AMIBIASE
TYPHOÏDE
TUBERCULOSE
AMIBIASE
ASCARIS
LEISHMANIOSE
ULCERE BURULI
NOMA
LEPRE

AMIBIASE

Maladie des mains sales, transmission par les matières fécales (formes kystiques),
Infestation : 10% de la population mondiale

Entamoeba histolytica :
-1 forme kystique -> dissémination (porteurs sains)
-2 formes végétatives
.E. histolytica minuta -> amibiase infestation
.E. histolytica histolytica (hématophage et pathogène)
-> amibiase maladie

Cycle parasitaire : kyste ingéré par l’homme (seul réservoir)
Suivant les relations hôte- parasite :
Cycle non pathogène : kyste
->E.histolytica minuta—>amibiase infestation

Cycle pathogène: kyste
->E.histolytica minuta
->E.histolytica histolytica

Pouvoir nécrosant (ulcérations en « coup d’ongle » ,abcès en « bouton de chemise » paroi du caecum, sigmoïde, rectum) ->voie portale -> foie -> poumons, péricarde (contiguïté ou hématogène) = amibiase maladie
-----------------------------------
COLITE AMIBIENNE (dysenterie amibienne)
-----------------------------------
Diarrhée glairo-sanglante (4 à 6 selles/24h), épreintes (coliques violentes), ténesme (contracture douloureuse du sphincter), faux besoins, sans fièvre*, début brutal, « crachats dysentériques » (selles plutôt afécales).

Abdomen sensible au niveau du caecum parfois « étalé et érectile », côlon sigmoïde souvent spasmé et douloureux. * sauf chez l’enfant

Diagnostic :
-de présomption: clinique et épidémiologique

-de laboratoire
à l’état frais++, (Lugol si possible) -- formes mobiles d’ E.histolytica ; renferme des GR (hématophage) à répéter+++

Rectoscopie : muqueuse inflammatoire avec ulcérations « en coups d’ongle »
Ecouvillon-- amibes

Biologie : pas d’hyperéosinophilie (protozoose)
Diagnostics différentiels : shigellose, typhoïde, balantidiose et bilharziose coliques.

Formes cliniques :
-----------------
-AMIBIASE COLIQUE MALIGNE (rare, Afrique de l’Ouest) : femmes enceintes ou accouchées, sujets dénutris, enfants
Tableau de péritonite, colectasie, (perforations coliques, hémorragies), choc septique ; mortalité proche de 100%.

-AMOEBOME: Amérique latine+++ et Afrique du Sud
Masse abdominale (caecum, rectosigmoïde, côlon transverse) = pseudotumeur inflammatoire ; fonte tumorale sous ameobicides tissulaires +++

Diagnostics différentiels :
--------------------------------
Tuberculose iléo-caecale, actinomycose, schistosomiase.

-COLITE CHRONIQUE POST-AMIBIENNE : (séquellaire : scléro-inflammatoire et neurovégétative) douleurs, troubles du transit, AEG
Examen parasitologique des selles négatif

FORMES CHIRURGICALES: perforations coliques, hémorragies, abcès péricoliques.

-----------------------------------
DIARRHEE GLAIRO-SANGLANTE SANS FIEVRE = COLITE AMIBIENNE
-----------------------------------


ABCES AMIBIEN HEPATIQUE
----------------------------------
Toujours secondaire à une amibiase colique (dissémination/voie portale)
Localisation : foie droit dans 90% des cas ; coalescence de foyers d’hépatonécrose

Triade de FONTAN (80% des cas) = fièvre (39°C en plateau) + hépatalgies+ hépatomégalie
Syndrome pleuro-pulmonaire associé (30%)

ECHOGRAPHIE faite précocement peut être normale++ à Amibiase non collectée
Amibiase collectée : abcès unique ou multiples (image liquidienne pure ou mixte +- renforcement postérieur)
Ponction : « pus chocolat » stérile, inodore (amibes dans la paroi de l’abcès)

RADIOGRAPHIE DE THORAX : surélévation hémicoupole droite

FORMES ATYPIQUES : ictériques (abcès comprimant la VBP), fulminantes associées
à une amibiase colique maligne.

FORMES COMPLIQUEES: rupture ou fistulisation (péritoine, rétropéritoine, thorax, péricarde, peau) ; abcès postérieurs ou du lobe gauche+++

Diagnostic : présomption ; sérologie ++ (selles + que dans 5% des cas)

Diagnostics différentiels : abcès à pyogènes (+ rares), hépatocarcinome++, kyste hydatique (attention ponction !!).
----------------------------------
HEPATOMEGALIE DOULOUREUSE ET FEBRILE= ABCES AMIBIEN
-----------------------------------

AMIBIASE PLEURO-PULMONAIRE
-----------------------------------
Secondaire à une amibiase hépatique (30%); siège à droite (passage trans-phrénique), rarement primitive (hématogène) à siège variable

4 formes radio-cliniques :
-Pneumopathies amibiennes (droites) +- systématisées (rares)
-Abcès du poumon (fréquent)
.siège à droite
.vomique « chocolat »
.surinfection rapide
-Pleurésies amibiennes à pyothorax
-Fistules hépato-bronchiques
Amibes rares dans les crachats (sérologie)

AUTRES LOCALISATIONS
-----------------------------------
La PERICARDITE amibienne

Secondaire à l’effraction brutale d’un abcès du lobe gauche du foie à pronostic vital (tamponnade)

L’amibiase CEREBRALE
Transmise par voie hématogène -> abcès du cerveau

L’AMIBIASE CUTANEE

Ulcération délabrante ; peau contaminée par effraction (endogène ou exogène)

-localisation ano-génitale (contamination par les selles)
-localisation pariétale abdominale (fistulisation ou plaie opératoire)

Ulcération très douloureuse, recouverte d’un enduit blanchâtre aux bords éversés.

L’AMIBIASE SPLENIQUE (abcès de la rate).
___________________________________

DIAGNOSTIC
.De présomption épidémiologique et clinique en milieu précaire
.Parasitologique (selles) à amibiase intestinale
.Sérologique à amibiase tissulaire (viscérale, colique maligne, amoebome)
___________________________________

TRAITEMENT

Porteurs de kystes : INTETRIX®* : 2 gel (500mg) X2/j pendant 10 j (adulte)
*Tiliquinol-tilbroquinol = amoebicide de contact ; élimine les formes minuta

Amibiase colique :

-Aiguë : FLAGYL®* 500mgX3 pendant 10 j (40mg/kg 3 prises chez l’enfant en) puis INTETRIX® + régime sans résidus (amélioration en 2-3 jours)

-Maligne : FLAGYL® IV + surveillance et réanimation médico-chirurgicales
(cf. décision de colectomie sub-totale) ; pronostic sombre+++

-Amoebome :
idem aiguë (chirurgie si doute avec cancer ou persistance sous traitement médical).

Métronidazole = amoebicide tissulaire (ne pas associer avec prise d’alcool, effet antabuse) ; 80% absorbé au niveau du grêle dès la 1ère heure.

CI : hypersensibilité aux imidazolés, ataxie, neuropathie périphérique.

Amibiase hépatique :

-non collectée -> cf aiguë
-collectée -> idem
+ ponction/drainage chirurgical si risque de rupture (lobe gauche++)
+ ponction/drainage si doute avec abcès à pyogènes (persistance symptômes > 72h)
.Abcès du foie droit > 10cm
->ponction/drainage
.Abcès inférieurs et du lobe gauche : dangereux à ponctionner+++
.Abcès multiples, volumineux ou anciens -> drainage chirurgical.

----------------------------------
¾ des amibiases hépatiques guérissent sous traitement médical seul
----------------------------------
si ponction difficile ou dangereuse -> drainage chirurgical

Normalisation de la température en 3 à 10 jours (plus lentement pour les symptômes)
Disparition des images en 3 à 6 mois.

Amibiase pleuro-pulmonaire :

Cf aiguë + traitement des pleurésies purulentes et du pyothorax (ponctions lavages, drainage chirurgical ; intervention chirurgicale si nécessaire (fistule, abcès chronique, pachypleurite) ; les abcès se drainant bien dans les bronches peuvent parfois guérir médicalement.

Rupture d’abcès amibiens : péritoine (libre ou cloisonné), rétropéritoine, péricarde à traitement chirurgical (+ AB).


PROPHYLAXIE
Déparasiter les personnels qui manipulent les aliments (INTETRIX®)
Recommandations d’hygiène élémentaire : latrines, lavage des mains, approvisionnement en eau potable, réglementation de l’utilisation de l’engrais humain, lutte contre les mouches et les cafards, amélioration de l’hygiène alimentaire.

Carte

Ulcérations coliques

Amoebome

Amibiase cutanée péri-anale